Vers une nouvelle année de demoiselles

Nous y voilà ! 2018 est arrivé.
Comme vous le savez, chez Gribouilli Street, le calendrier est important. Chaque mois est ponctué de dessins : un doodle et une demoiselle.

Un peu de pression

Lorsque j’ai commencé les demoiselles c’était pour le plaisir de dessiner et pour avoir de la régularité dans mes articles de blog.
Je les préparais dans le courant du mois en m’inspirant de l’air du temps, de mon humeur du moment et il faut bien avouer que ce n’était pas toujours très cohérent.

La seconde année, lorsqu’avril est arrivé, j’ai réalisé que cela faisait déjà un an.
J’ai commencé alors à me dire qu’il faudrait peut-être rendre tout ça plus homogène.

Comment faire ?

Poser quelques règles de base pour chaque nouvelle demoiselle : un petit animal, un type de fond, un motif…

Arrive 2017 !
Je pars en janvier plein de bonnes intentions. Je me fixe de nouvelles règles pour l’année des demoiselles à venir.
2017 sera différent de 2016.
Oui mais… Je crée la première demoiselle, pas de problème puis celle de février et PAF !
Mademoiselle février ne me plait pas.
Pas de problème je la dessine autrement… mais alors janvier et février ne s’accordent plus.
Je me suis donc sentie obligée de refaire mademoiselle janvier.
Je vous en parlais dans l’article : Creativite quand ca patine

Et 2018 revoilà la pression.  Oui oui la pression car c’est plus fort que moi quand j’ai quelque chose qui me trotte dans la tête ça tourne et tourne encore jusqu’à trouver la sortie !
J’ai envie d’une « collection » de demoiselles homogène.
Mais je n’allais quand même pas transformer la création des demoiselles en corvée sous prétexte qu’il me fallait définir une thématique que je puisse tenir toute l’année.

1er décision : tant pis si mademoiselle n’arrive pas en tout début de mois.
2ème décision : je profite des vacances et je prends un vrai temps de réflexion sur ce sujet.

Faire pétiller la créativité

Vous l’avez peut-être vu, j’ai aussi complètement repensé et réorganisé le blog.
J’ai maintenant toutes les demoiselles sous les yeux en même temps.

Le constat :
2017 est une année trop statique à mon gout, pas assez spontanée.
J’aime 2016, plus en mouvement, plus féérique.

Et c’est là que la créativité commence à faire des siennes…
Et si je faisais quelque chose de plus proche de 2016… et si les traits étaient moins présents… et si je mettais en avant une couleur par mois… et si, et si et si…

Et si je commençais à dessiner !

Un premier croquis pour poser une base, un second avec une idée pour février… oui il y a de l’idée !
Je laisse poser quelques jours  et d’autres idées viennent se greffer.

Un matin, je me réveille avec une envie irrépressible de créer mademoiselle janvier.
Je prends mon carnet et je commence à poser les premiers traits.
Mademoiselle prend assez vite forme, je la veux simple, en courbe et en douceur.
Et mademoiselle Février ? Elle arrive juste après. Je crois qu’elle était déjà claire dans ma tête…
Il y a des jours comme ça ! J’ai dessiné mademoiselle Mars juste après.

En quelques minutes les croquis des 3 premières demoiselles de 2018 étaient prêt.

Décliner

Une journée qui commençait à merveille.
Non seulement j’avais de quoi faire l’illustration pour janvier, mais en plus j’avais posé et testé les bases de la collection 2018.
Ce qui me mettait la pression s’était volatilisé.
Il avait suffi que je décide de prendre le temps de la réflexion pour que tout se débloque.
Une fois encore j’ai eu la preuve qu’en matière de créativité, j’ai besoin de me créer de l’espace mental pour que ça fonctionne bien !

Je me suis donc lancée dans la réalisation. Traits, mise en couleur, photo… de mademoiselle janvier.
Tout de suite après j’ai démarré mademoiselle février.

Ce qui m’a gêné : ne pas être dans la « sensation » de février.
D’ordinaire pour créer ces illustrations, je m’ancre dans l’instant présent.
C’est comme si tout passait au travers de moi, comme un filtre, pour se transformer en demoiselle.

Ce qui m’a aidé : réussir à me rappeler cette sensation, que j’avais déjà éprouvée  lors de la précédente année.
J’ai alors réalisé qu’en regardant une demoiselle j’arrivai, avec un peu de concentration bien sûr, à ressentir le mois qu’elle représentait.
Quand je vous disais que ces illustrations étaient un vrai travail sur moi !

Pour enfoncer le clou, j’ai fait de même avec mademoiselle mars.

Se projeter

Pour 2018, j’ai donc préparé 3 demoiselles en une fois.
C’est finalement la solution que j’ai trouvée pour mettre en place une ligne directrice pour l’année.
Avec cette base, je devrais pouvoir me projeter dans les mois à venir et reprendre la création des demoiselles au fil de l’eau.
Dans les prochains jours je vous présenterai mademoiselle janvier 2018.

A bientôt

PS : un article sans illustration ! Quand je vous disais que j’allais faire un effort sur le texte.

Partager

Facebook
Twitter

Laisser un commentaire