Le magazine Open Mind (n°4)

Je l’avoue, j’adore tous les magazines « bien-être ».
Ils sont souvent très beaux et parlent de sujets qui m’attirent : créativité, pleine conscience, esprit libre, douceur de vivre…

Mais il n’est pas question de « craquer »  sur chaque nouveau numéro (une petite voix au fond de moi me dit que ça n’est pas très minimaliste, non pas que je le sois mais si je pouvais m’en approcher un peu…).
Bref, j’ai fini par arrêter mon abonnement à Flow et je teste de temps en temps d’autres magazines (lien article) avec un faible pour Respire.

Mais cette fois c’est sur le n°4 du magazine Open Mind que ma petite voix intérieure s’est arrêtée.
On voit pourquoi ?

Qu’est-ce qui a fait sortir ce n° du lot ?

1) L’illustration de la couverture.

Un peu sombre, dense et tellement « nature ».
Nature avec les végétaux mais aussi l’humain au naturel.
Ca a fait tilt !

2) Les mots

Les mots qui définissent ce magazine sont se (re)connecter, se relier, s’écouter.
C’est assez différent des autres numéros. Ici c’est du « MOI ». Pourquoi pas ?

3) Le dossier « Réenchanter sa vie »

« Réenchanter »… oh quel mot magique !
C’est exactement ce que les demoiselles et même Gribouilli Street en entier représentent pour moi.
Une façon de réenchanter les choses, de leur donner un peu de magie.

4) Un rapide tour des pages

Qui confirme que ce numéro me plait à l’œil : mise en page et illustrations

Voilà donc comment au milieu des Flow, Respire et autre Happinez j’ai choisi Open mind.

Un bon choix finalement ?

Alors oui !
Je me suis régalée de bout en bout.
Effectivement, il y a toujours quelques sujets qui me parlent moins, mais d’autres ont vraiment résonnés.

  • Donner du sens à sa vie
  • L’instant présent
  • Réenchanter votre vie
  • Oser… ça change tout
  • Se (re)connecter à soi
  • L’optimisme, ça s’apprend

D’autres sujets que je connaissais moins comme « L’importance du taux vibratoire ».
Et cerise sur le gâteau « renouer avec la part sauvage du féminin pour oser prendre sa place »
J’avoue que la notion de féminin sauvage m’a vraiment beaucoup plu.

En conclusion

Peut-être est-ce parce que je lis moins de magazines ou bien Open mind est-il vraiment bien inspiré, mais j’ai passé de bons moments de lecture avec ce n°4.

Et vous ? Avez-vous des magazines « fétiches », des numéros plus inspirants que d’autres ?
Aujourd’hui il y a beaucoup de choix et parfois il me semble que l’on ressent l’effet inverse de ce que l’on cherche.
Etre stressée, frustrée voire désorientée devant le rayon des magazines bien être c’est un comble non !

Partager

2 réflexions au sujet de “Le magazine Open Mind (n°4)

Laisser un commentaire