Mes « bullet journal »

Mes bullets journaux ? Vous savez ?

Je glisse la notion de bullet journal de-ci de-là dans mes articles mais sans jamais aller très loin.
Aujourd’hui  j’aimerai vous en parler un peu plus car un nouveau projet est en cours et il a un rapport avec cette histoire.

Une définition du bullet journal ?

On trouve beaucoup d’infos sur le net autour de cet outil d’organisation.
Depuis quelques temps,  on découvre aussi de très jolis livres ou carnets tout prêts à être utilisés.

La « méthode originale » est expliquée ici  http://bulletjournal.com/

Je ne rentrerai pas plus dans les détails car personnellement je m’y suis un peu perdue.
C’est plutôt de mon chemin dont je veux vous parler ici.

Un bullet journal pour faire quoi ?

Au début, j’avais un petit carnet de notes et mon agenda google. Je n’avais pas vraiment besoin d’un autre outil.
Mais vous commencez à me connaitre, non ? Comment résister à toutes ces jolis photos pleines de dessins et de doodle ?
(Mon tableau pinterestt : doodle pour bullet journal )

J’ai donc commencé un joli carnet avec l’intention affichée de mieux gérer mes tâches et de m’organiser (Top pro !) et l’envie secrète de faire plein de jolis doodle.
Un moyen de combiner mes 2 grandes activités : le côté communication pro et Gribouilli Street.

Je vous en raconte l’histoire en images ?

Carnet n°1

Vous voyez ?
Plus on avance dans le carnet, plus je m’emballe.
Oui, ça n’est pas aussi travaillé que sur certaines photos qu’on peut voir sur instagram, mais je vous garantit que ça prend du temps… tous les jours !
Vers la fin, je passais plus de temps à mettre en couleur mes pages qu’à lister mes tâches… un comble pour un outil d’organisation non ?

Ce que j’ai appris au cours de ce carnet :

  • Définir un objectif principal par jour
  • Noter « le positif de la journée »
  • Prendre une page par journée
  • Simplifier et ne pas passer trop de temps à décorer, c’est un bullet journal pas un « art journal » !

Carnet n°2

Une petite chose importante, à côté de mon bullet journal j’avais toujours mon carnet de notes, mon carnet « tout terrain » sur lequel je prenais évidemment des notes, mais où je notais aussi heure par heure mon planning de la journée

Ce que j’ai appris au cours de ce 2ème carnet :

  • Créer une double page spéciale pour la semaine. C’est l’apparition des « tracker », mes tableaux de suivi.
  • Faire moins de dessin à la journée et ajouter des illustrations au changement de mois
  • Penser positif avec un « gratitude challenge » : 30 mots ou expressions

Carnet n°3

Ce que j’ai appris au cours de ce 3ème carnet :

  • Utiliser les illustrations de demoiselle à chaque début de mois
  • 1 page par jour + 2 pages pour la semaine + 1 page par mois = 1 carnet fini vitesse grand V !

Carnet n°4

Carnet 4 - Tâches et objectifs

Ce que j’ai appris au cours de ce 4ème carnet :

  • Simplifier le design pour se concentrer sur le contenu
  • Fonctionner avec les tâches et les objectifs (3 par jour)
  • Se lasser quand on ne sait plus vraiment ce qui nous motive

Carnet n°5

Nouveau carnet, nouveau papier… un peu trop fin.
Je décide de tout faire au crayon de papier et finalement ça me plait beaucoup car j’ai cette impression de dessin à chaque fois.

Changement d’organisation !

Ce que j’ai appris au cours de ce 5ème carnet :

  • Changer l’organisation de l’agenda : 1 semaine sur 2 pages
  • Noter le suivi de la communication
  • Mettre en place un « tracker » mieux pensé avec les habitudes, les humeurs, le niveau d’énergie

Un rituel

De fil en aiguille le bullet s’est installé comme une routine et cela même sans avoir trouvé ma mise en page idéale.
C’est mon petit rituel du soir et du matin.
A la fin de la journée, je prévois le lendemain. Le matin, un petit coup d’œil et hop, je n’ai plus qu’à tracer mon chemin.

Trouver « mon bullet »

Comme vous avez pu le voir avec mon « historique » des carnets, j’ai ajouté petit à petit les rubriques dont j’avais besoin : le suivi des articles de blog (ceux de Gribouilli Street mais aussi ceux de la partie communication), les listes des personnes à suivre, des idées de dessins, des projets…
Bref ! Plein de nouvelles idées qui me venaient au fil de l’eau et qui trouvaient difficilement leur place dans un carnet « figé ».
J’arrivais doucement au bout du système… mais les choses sont bien faites.
C’est à ce moment que j’ai fait un atelier sur l’organisation, puis que l’idée de créer un bullet DIY (Do It Yourself) m’a été soufflé (merci Barbara, merci Ellen et surement merci à beaucoup d’autres.).
Mais cette histoire- là sera pour le prochain article.

Partager

Laisser un commentaire

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.