Mandala et moi

Mandala et moi

Aujourd’hui sortons un peu du doodle et des demoiselles. J’avais envie de vous parler de mandala.
Pourquoi ?
Et bien c’est grâce à mes cours de méditation. En ce moment nous faisons une série d’exercices autour des mandalas et j’ai donc dû me plonger un peu dedans.

Jusqu’à présent j’avais consciencieusement évité ce type de dessin… je me doutais que le sujet était vaste et très consommateur de temps (en tout cas pour moi).

Un mandala c’est quoi ?

Un mandala c’est un dessin en forme de cercle qui est fait de formes et de symboles.
Il est à l’origine utilisé pour la méditation ou dans différents rituels religieux.

Aujourd’hui c’est surtout un outil puissant d’art-thérapie, de relaxation, de créativité !
Avec le mandala, on peut laisser s’exprimer son monde intérieur.

C’est bien plus qu’un joli dessin non ?

Des exemples ?

 

Pourquoi j’en fais si peu ?

Pour moi dessiner les demoiselles c’est un peu travailler mon monde intérieur.
Les doodle : c’est la fantasie !
Le zentangle : c’est la méditation.

Et le mandala regroupe tout cela…
Impossible alors pour moi qui travaille tous les jours sur ces différents aspects de me contenter d’imprimer un mandala fait à l’ordinateur et de le mettre en couleur rapidement.

La création d’un madala peut alors devenir un vrai casse-tête !

Comment je fais (ou j’essaye de faire) un mandala ?

Quand je pense mandala, je pense d’abord dessin.

  • Une base géométrique réalisée à l’aide d’un compas, voire d’un rapporteur.
  • Des motifs ajoutés, du centre vers les extérieurs… (avec mes livres de zentangle tout proche pour m’inspirer)…
  • Un peu plus d’épaisseur par endroit pour donner du relief (ça c’est le « doodle style »)
  • Encore un peu de motifs, de petits éléments, de choses qui le rendent vivant et pétillant (zentangle le retour !)

Et voilà une base de mandala.

Base du mandala

Enfin normalement… parce qu’il y a tellement de possibilités, de motifs, de taille, de forme… que j’ai beaucoup de mal à me dire que c’est fini.

le mandala se dessine du centre vers l'extérieur

Géométrique mais dynamique

Une touche de traits plus épais pour donner du relief

Souvent je ne passe pas par la phase coloriage et je recommence un autre dessin.
Une vraie girouette !
Quand enfin je suis satisfaite de la base, je peux passer au coloriage.

Rebelote ! Crayons de couleur ? Feutres ? Feutres à alcool ? Et pourquoi pas aquarelle ?
Ah un vrai casse tête…

Aller il faut bien choisir : ce sera crayons de couleur !

  • Comme pour le dessin je pars du centre
  • Je mets en couleur avec quelques dégradés pour donner du relief
  • Et je repasse poser quelques ombres…
  • Et si je mettais aussi un peu de lumière…
  • Ah il est trop beau… mais est-ce qu’il ne serait pas mieux en bleu ? ou en orange ? (comme mademoiselle)
  • Et nous y revoilà, trop de possibilités !

Mise en couleurs

Et après ?

Vous voyez pourquoi finalement j’ai un peu peur du mandala !?
Je pourrai y passer des heures, que dis-je, des jours.

Mais j’ai tout de même envie d’en faire. Comment trouver une solution ?

  • En prendre un déjà dessiné et ne faire que la mise en couleur (1 seule !)
  • Trouver un professeur de mandala et dédier un temps défini à la création.
  • Ne faire que le dessin et garder la mise en couleur pour plus tard.

Et vous ? Vous faites des mandalas ?
Comment vous y prenez-vous ?
Avez-vous la même impression de « sans fin » que moi ?

 

Quoi ? Comment !? Vous n’êtes pas encore abonné à la newsletter !?
Quel dommage…  dans la prochaine newsletter j’ai prévu de mettre la version à colorier de ce mandala.
Alors abonnez-vous vite, l’envoi de la newsletter de novembre est prévu pour vendredi  17 !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.